Riverside Drive
Joe Andoe
29.1125.01.20

 

 

 

(Français en bas de la page)

 

We are pleased to present the second solo exhibition by Joe Andoe at the gallery.
This new series of paintings addresses recurring themes that the artist holds dear: landscapes, totem animals (wolves, horses, buffalos), but also American cars driving through the night.
As symbols of a powerful, idealized and obsolete America, these subjects are instilled in Andoe’s work with a certain tenderness – in the animals’ gaze as well as in how colors and textures are treated. As recollections and visions of the past.
Like ghosts - a bit ironic but in particular relieved of any conquering desire - they float lightly in the light and stand out from the almost always dark or monochrome backgrounds.
A new series of landscapes titled Riverside Drive, – which lends its title to the exhibition – reverses the relationship to light by using multicolored backgrounds. This series is part of the artist’s continuing theme of “roadsides”, highly cinematic visions that also symbolize a certain view of ​​America.

“Riverside drive is a poem or an essence; not the thing but the feeling I get from it.” JA
 

                                                                                        ***

Nous sommes heureux de présenter la seconde exposition personnelle de l’artiste Joe Andoe à la galerie.
Dans cette nouvelle série de peintures, on retrouve les sujets récurrents et chers à l’artiste : paysages, animaux-totem (loups, chevaux, bisons), ou encore voitures américaines roulant dans la nuit.
Symboles d’une Amérique puissante, idéalisée et obsolète, ces sujets sont chez Andoe comme infusés d’une certaine tendresse - dans le regard des bêtes mais aussi dans le traitement des couleurs et de la texture.
Des réminiscences, des visions du passé. Comme des fantômes - un brin ironiques mais surtout délestés de toute velléité conquérante - ils flottent avec légèreté dans la lumière et se détachent des arrière-plans presque toujours sombres ou monochromes.
Exception faite de la nouvelle série de paysages nommée Riverside Drive, donnant son titre à l’exposition, où le rapport à la lumière s’inverse avec des arrière-plans multicolores. Cette série s’inscrit dans la continuité de ses « roadsides », visions très cinématographiques et là aussi emblématiques d’une certaine idée de l’Amérique.

« Riverside drive is a poem or an essence; not the thing but the feeling I get from it. » JA