Two concurrent shows:
WITCH WAY?
and
PLEIN AIR 2013

Sam Kaprielov
28.0203.05.14
(Scroll down for english)

« L’Artiste recrée la réalité en suivant ses propres jugements de valeur métaphysique. » Ayn Rand

L’année 2013 aura été inhabituellement colorée pour le londonien polymorphe Sam Kaprielov. Deux expositions parallèles :
PLEIN AIR 2013    Huiles sur toile. Vues de Genève et de Londres.
WITCH WAY?    Nouveau versement de pastels de Kaprielov, où se mêlent éléments du monde occulte et produits de la technologie contemporaine.

Depuis l’époque de Baudelaire, les artistes ont scandalisé tant les connaisseurs que le grand public, en leur soumettant des œuvres d’art pour le moins inattendues. L’idée étant bien souvent de créer délibérément un effet comparable à celui d’un homme nu s’engageant dans un couvent de bonnes sœurs. L’inattendu répété assez souvent devient bien vite l’attendu. Ce n'est plus le frisson des premiers jours qui est produit, mais l’effet contraire. La roue tourne et à présent, sur la scène artistique contemporaine, il faut un artiste naturaliste peignant innocemment en plein air pour maintenir vivant l’indomptable et intrépide esprit iconoclaste de l’avant-garde.

     * * *

“Art is a recreation of reality according to an artist’s metaphysical value judgements.” Ayn Rand

2013 was an unusually colourful year for the polymorphous Londoner Sam Kaprielov. Two exhibitions running concurrently:
PLEIN AIR 2013     Straightforward oil on canvas. Paintings featuring views of Geneva and London.
WITCH WAY?    A fresh instalment of Kaprielov’s pastels where elements of the occult mix with products of contemporary technology.

Since the time of Baudelaire, artists have scandalized connoisseurs and the general public out of their wits by presenting to them art not quite as it was expected to be. Often purposefully looking to create an effect not dissimilar to the appearance of a naked man in a nunnery. Repeated often enough, pretty soon, the once unexpected becomes the expected. So much so, that rather than the frisson, which would occur in the early days, the opposite begins to occur. The wheel turns, and now, in the present day’s mainstream art scene, it takes a naturalist painter innocently painting in plein air to keep up the indomitable spirit of the intrepid iconoclasm of the avant-garde.